Supprimer les managers ?

Hubert Levesque - 28/11/2017
Nettoyer avec un chiffon microfibre

Si par manager on entend «petit chef qui donne des ordres» alors oui, l'entreprise libérée s'affranchit définitivement de ce modèle dépassé et contre-productif. Ce n'est évidemment pas la fonction d'encadrement en tant que telle qui est remise en cause, mais bien le manager taylorien.

Conciliant bien-être des salariés et compétitivité, la libération des entreprises est une tendance de fond qui a fait ses preuves. Comment mettre en pratique cette déhiérarchisation sur le terrain ? Illustration à travers 2 exemples probants (et français cocorico ;) : Michelin et la biscuiterie Poult.

Entreprise libérée : la fin du management pyramidal

La «libération» désigne une réorganisation profonde de l'entreprise basée sur :

  • la suppression des niveaux hiérarchiques superflus
  • la responsabilisation des salariés
  • l'autonomisation des équipes opérationnelles
  • la collaboration en mode projet
  • l'encouragement des prises d'initiatives

 

A la clé, des salariés plus heureux donc plus productifs ainsi qu'une capacité d'innovation décuplée. Devenue entreprise libérée, la biscuiterie Poult de Montauban a, en seulement 2 ans, doublé son résultat d'exploitation et réduit de -60% son taux d'absentéïsme* !

Une transition qui se... manage

Muer d'une entreprise traditionnelle vers une entreprise libérée nécessite un minimum d'encadrement. Si c'est le plus souvent la direction qui prend la décision d'amorcer ce changement de paradigme, les salariés ont eux aussi leur mot-à-dire. Ils sont même impliqués dès la phase de réfléxion. Bien entendu, chaque société est unique. Il ne s'agit en aucun cas d'appliquer une recette miracle prescrite par tel gourou ou consultant en vogue. Il y a toutefois une condition sine qua non pour réussir une telle mutation : la concertation avec les salariés. Chez Poult comme chez Michelin, la libération s'est faite avec le concours actif des « cols bleus ». Les silos ont été cassés pour laisser place à des groupes-projets autonomes. Leur mission : penser la libération de leur entreprise et la mettre en œuvre progressivement. Désormais nommés animateurs d'unités (Poult) ou responsables d'îlots démonstrateurs (Michelin), les ex-cols blancs, beaucoup moins nombreux, supervisent toujours les opérations, mais de façon plus souple et collégiale.

Le management version « entreprise libérée » en images

Ces 2 courtes vidéos expliquent parfaitement en quoi le management collaboratif fonctionne aussi bien dans les entreprises libérées. Et vous, qu'en pensez- vous ? Faites-nous part de vos réactions dans les commentaires !

Organisations responsabilisantes chez Michelin (Durée : 4'43 min)

Management collaboratif chez Poult : la biscuiterie « libérée » ! (Durée : 3'56 min)

*Source : InnovationManagériale.com

Lire aussi

Directeur Général
+33 (0)1 70 36 87 00
hlevesque@morganmckinley.fr