JOBSEEKERS
EMPLOYERS

Période d’essai : une phase d'apprentissage

Hubert Levesque - 24/05/2018
Période d’essai : une phase d'apprentissage

Votre CV a plu et vous avez passé l'épreuve de l’entretien d'embauche haut la main ? Félicitations ! Mais gare à ne pas crier victoire trop vite. Il vous reste encore à traverser la période d'essai.

Non obligatoire, elle peut durer jusqu'à 8 mois si vous êtes cadre (4 mois renouvelables 1 fois)*. Comment profiter de cette transition pour poser les bases d'une relation de confiance avec votre employeur et vos collègues ? Nos conseils.

Priorité en période d’essai : créer des liens solides

Pour le recruteur, la période d'essai vise à confirmer les compétences perçues chez le candidat lors de la 1ère rencontre. Oui, mais pas seulement. C'est aussi pour vous le moment d'évaluer si le poste et l'environnement de travail vous conviennent. Pas la peine d'en mettre plein les yeux dès la 1ère semaine ! Mieux vaut envisager la période d'essai comme un moment d'échanges constructifs. Vous avez besoin de ce poste, certes. Mais souvenez-vous que l'entreprise a besoin de votre recul, de votre regard neuf. En tant que nouvel arrivant, prenez donc le temps d'observer les rapports de forces, d'apprendre le fonctionnement de l'entreprise dans sa globalité, ses codes tacites. Vous pourrez alors “distiller” vos idées aux bonnes personnes, et au moment opportun.

Efforcez-vous d’établir une relation cordiale avec les membres de votre équipe. Votre objectif : vous rendre indispensable... sans avoir l'air de vous incruster. Essayez de trouver le juste équilibre entre intégration et respect de votre position de “petit nouveau”. Tentez d'éviter les faux pas (vous en ferez forcément alors pas de panique). L'essentiel étant toujours de rester spontané et authentique. 

Imposez vos limites pendant votre période d’essai

Qui dit séduction ne dit pas que vous devez tout accepter. Vous aussi pouvez mettre fin à votre période d'essai si le poste ou l'ambiance de travail ne vous conviennent pas. Une enquête de l’Association Nationale des DRH démontre que 3 recrutements de cadres sur 4 sont réussis**. L’échec est principalement dû au manque de disponibilité de la hiérarchie. L’intégration d’un employé est une phase très importante. D’ailleurs, le 3/4 des structures en ont conscience et ont mis en place des dispositifs particuliers à ce sujet**. Lire à ce sujet notre article : Rétention des talents : une priorité RH.

Pendant l’intégration, vous ferez connaissance avec vos collaborateurs et avec vos missions. Si c’est le moment de faire vos preuves, c’est aussi celui de fixer vos limites. Dire “oui” à tout n’est pas nécessaire pour vous faire apprécier. Souvenez-vous que l'entreprise vous juge aussi sur votre capacité à vous faire respecter. 

Le recruteur doit faciliter votre intégration

Côté recruteur, la phase d’intégration ne doit pas être négligée. Si tel était le cas, l'entreprise risque de perdre un employé performant mais aussi de l'argent. Des processus d'accompagnement existent pour réussir cette phase critique. Lire à ce sujet notre article  Réussir l'intégration d'un nouveau collaborateur

Sources

Directeur Général
+33 (0)1 70 36 87 00
hlevesque@morganmckinley.fr