JOBSEEKERS
EMPLOYERS

Parler de la rémunération

- 03/02/2014
Parler rémunération

Comment aborder la question essentielle de la rémunération pour bien négocier son salaire au cours du processus de recrutement.

Aussi taboue soit la question du salaire et des avantages, et quelle que soit l’importance que vous lui donnerez, elle constitue en tant que tel un élément clé de votre processus de décision.

Aussi est-il crucial de savoir aborder et parler le plus simplement possible de ces sujets, au moment le plus opportun du processus, et donc de s’y préparer avec beaucoup d’attention. Voici quelques conseils de bon sens pour traiter ce point avec sérénité.

Soyez précis

La rémunération est formulée en brut annuel, décomposée entre salaire fixe et partie variable et/ou bonus. Les avantages sont énoncés séparément (véhicule, logement, stock options, package d’expatriation, intéressement et participation). Soyez clair sur les montants, pas d’approximation et encore moins de surévaluation volontaire, s’il est encore nécessaire de le rappeler. Même si cela est rare, il n’est pas exclu qu’il vous soit demandé de justifier ces montants au cours d’un processus de recrutement. Une incohérence jouerait en votre défaveur.

Si votre interlocuteur aborde le sujet de lui-même, n’hésitez pas à annoncer les éléments comme listés précédemment. Peut-être est-ce aussi le bon moment pour évoquer vos attentes. Préparez votre réponse, proposez une rémunération cohérente, réaliste et en accord avec le marché (récoltez si possible un maximum d’informations en amont).

Si votre interlocuteur n’évoque pas le sujet, il vous revient l’initiative de le faire et de choisir le moment opportun - qui bien souvent se situe à la fin de l’entretien - une fois abordé l’ensemble des points relatifs au périmètre, aux responsabilités et aux enjeux du poste visé.

Soyez perspicace et ne laissez pas votre interlocuteur imaginer, tant par la forme que par le fond de votre question, que la rémunération constitue le seul point important à vos yeux. Vous pouvez par exemple formuler de la sorte :

- Avez-vous une idée de la rémunération prévue sur ce projet ?
- Savez-vous comment est articulée la rémunération sur ce poste ?
- Pourriez-vous m’éclairer sur la politique de bonus pratiquée ?

Si au cours de l’échange, une proposition vous est faite et que cette dernière reflète en tout point les attentes formulées précédemment, n’oubliez pas qu’elle ne constitue qu’un des points de votre décision. Pas de précipitation, faites-vous repréciser si besoin les contours du poste, les enjeux, le timing, afin de faire un choix réfléchi.

N’hésitez pas à solliciter un temps de réflexion auprès de votre interlocuteur qui ne vous reprochera en aucun cas cette précaution. Vous pourrez ainsi reprendre l’ensemble des éléments, apprécier le challenge que représente le poste et inclure dans votre processus de décision toute personne indirectement concernée par ce changement potentiel.

Si vous deviez rentrer dans une phase de négociation, veillez à formuler des attentes en cohérence avec votre rémunération actuelle (10 à 15% d’augmentation sont jugés raisonnables), avec le marché et avec les pratiques de l’entreprise si vous avez pu à ce stade en décrypter la politique. N’oubliez pas les primes exceptionnelles, la participation et intéressement, les divers avantages qui pourraient venir compenser un salaire en-dessous de vos attentes.

Conclusion

Ne soyez ni trop gourmand ni pas assez. Privilégiez un échange verbal plutôt que l’e-mail, en usant de questions ouvertes qui vous permettront d’identifier les marges de manoeuvre. Ne vous montrez en aucun cas irrité ou arrogant, mais plutôt flexible et compréhensif. Vous pouvez par exemple faire part de votre déception ou de votre surprise si la proposition n’était pas au niveau attendu. Votre attitude à ce stade sera déterminante. N’oubliez pas qu’il est bon, à chacune des étapes du processus, de renouveler avec tact votre motivation pour le projet.