JOBSEEKERS
EMPLOYERS

L’Ubérisation : un bénéfice pour le recrutement ?

Hubert Levesque - 23/11/2018
Téléphone ancien avec calepin et crayon

L’Ubérisation est née en réaction au marché des taxis, très mature et en bout de cycle, et que la technologie a complètement bouleversé.

D'une offre unique et vieillissante, sur un marché saturé et régi par la loi des licences, le modèle a permis d'élargir l'offre, d'apporter de la flexibilité et de la proximité, tout en premiumisant le service et en palliant aux défaillances constatées jusqu'alors. Ce nouveau modèle en rupture fait depuis référence au point de devenir un néologisme.

Etendu à de nombreux secteurs économiques tels que l’hôtellerie, la banque, la formation, l’assurance, ce courant touche aussi naturellement l’univers du recrutement.
Les antis ou autres esprits conservateurs le percevront négativement, comme l'a montré la révolte des taxis, et tenteront de freiner cette transformation qui s'inscrit, sinon dans la logique de l'histoire, dans une logique de changement assez certaine...

De manière générique, la rupture d’un schéma organisationnel bien ancré dans les mœurs a de quoi effrayer, mais elle apporte également son lot de bienfaits: 
- Simplification et optimisation de la chaîne
- Information en temps réel
-Libéralisation, ouverture à 360° de toute la chaîne de valeurs
-Adaptation à quasi n’importe quel secteur
- Équation économique optimisée

Qu’en est-il pour le recrutement ? 

La digitalisation du recrutement a déjà démarré depuis plusieurs années et a vu fleurir quelques nouveaux acteurs, majoritairement sur la partie amont du processus; l'identification et le premier niveau de qualification ou la cooptation. Par des outils de réseau et de mise en relation professionnelle pour les plus simples, par des algorithmes de matching surfant sur la big data pour les plus complexes, de nombreuses start-up ont émergé dans le secteur avec plus ou moins de succès. Certaines ont déjà disparu ou ont changé leur business model initial, d'autres sont encore en phase de test, mais un petit nombre se fait progressivement une place dans le paysage du recrutement. Certaines viennent même de lever quelques millions (easyrecrue, jobteaser, talentIO, corner Job, clustree...). On parlera demain de Riminder, de Goshaba, de MyComunIT... 

Recruteurs et candidats, alors sur un pied d’égalité, ont ainsi la possibilité d'échanger de manière quasi instantanée, simplifiant la prise de contact et fluidifiant une partie du processus parfois un peu laborieuse. Certaines applications vont loin dans le processus.

Pour autant, la technologie est-elle a ce point développée pour prendre la main sur l’humain et le remplacer demain? De ce que l'on en sait, et même si de nombreux outils sont à l'étude, pas encore. L'évaluation approfondie des hard et des soft Skills par la technologie est de plus en plus pointue, mais trouve encore quelques limites assez significatives. Pour autant son développement est inéluctable et nous amènera rapidement à reconsidérer la chose, c'est certain!

L’Ubérisation du recrutement avance et ouvre le champ des possibles. Mais l'association de la conscience raisonnée et émotionnelle de l'homme, et de la machine est encore incontournable.

Directeur Général
+33 (0)1 70 36 87 00
hlevesque@morganmckinley.fr