J'ai été recruté par un robot...

Hubert Levesque - 10/10/2017
Un robot en process de recrutement

J'ai été recruté par un robot, Humanoïdjob... ...Et son collègue Hologrammis

Très réputé dans le domaine du recrutement #URL -autant que les cabinets et autres chasseurs de têtes à une époque presque révolue, Humanoïdjob m'a recruté. Il m'a d'abord envoyé par email un lien vers une annonce vidéo pour un poste de consultant éditorial et digital. J'ai été surpris d'entendre le Ding d'alerte vidéo. Cela signifiait que mon CV, déposé sur la Cévéthèque Nationale, avait été repéré. Premier encouragement. C'est vrai qu'aujourd'hui les entreprises n'avaient plus qu'à piocher dans cet endroit unique de référence, par compétences (le premier filtre) au regard des postes à pourvoir. D'ailleurs je savais que bientôt le CV n'existerait plus d'ici peu. La Cévéthèque Nationale ambitionnait de devenir la plus grande plateforme Européenne d'échanges d'expertises. Bien entendu, elle serait sans doute renommée.

La spécificité d'Humanoïdjob ?

Il possèdait cette grande vertu propre aux entreprises soucieuses de préserver leurs relations humaines, leurs valeurs, le savoir-être tout autant que le savoir-faire : pouvoir scanner les CV par mots-clés validant ainsi l'équilibre compétences proposées par le candidat et celles requises pour le poste. Mais surtout, et cela fait toute la différence, Humanoïdjob validait grâce à un système parallèle de chatbots et d'algorithmes originaux, les centres d'intérêts du candidat, son #humanité en quelque sorte. L'entreprise pour laquelle je viens d'être recruté ne cherchait pas seulement des compétences derrière un nom et une photo sur un CV, elle attendait plus et mieux : un profil atypique alliant expertises déterminantes, expériences significatives et compétences techniques irréfutables et un sens de l'initiative et de la créativité, une diversité pas nécessairement visible et lisible par les ATS, bref une singularité. Cette entreprise avait compris que les seules compétences ne sont pas suffisantes au sein d'un collectif, au service d'une entreprise. Humanoïjob avait pour tâche d'opérer ce premier filtre délicat et fastidieux, visant à faire coïncider personnalité et compétences, son moi #IRL et #URL !

Puis tout s'est enchaîné avec efficacité, à la frontière exacte du virtuel et du réel. Un hologramme m'a reçu dans un bureau confortable et chaleureux, bien éloigné des architectures futuristes propres aux scénarii d'anticipation un peu trop "clichés". Il y avait même quelques posters des divers robots recruteurs qui s'étaient succédés ces dernières années, et qui avaient su évoluer. La cohabitation robot et humain avait donc fini par faire taire les détracteurs réticents à toute forme d'évolution. 

J'ai reçu un SMS de confirmation sur WhatsApp, avec le lieu et l'heure du rendez-vous que nous avions convenus sur la plateforme RH de l'entreprise. Cette plateforme dédiée sur laquelle j'avais réalisé quelques tests complémentaires. C'est que je postulais pour un poste à fort enjeu rédactionnel et la manière d'écrire était le critère majeur. Si Humanoïdjob avait décelé mes capacités en la matière : l'écrit sous toutes ses formes, pour tout type de publics, je devais néanmoins prouver ce que je valais. Tests concluants. Humanoïdjob m'a adressé un lien vers cette plateforme, j'ai écrit pour le web (un article de blog, un post linkedIn institutionnel, un billet conversationnel sur la communauté Facebook de la page de l'entreprise et quelques modérations, un message twitter en rapport avec l'actualité presse de l'entreprise), mais aussi pour leur magazine interne papier (un testimonial) qui perdurait comme vecteur de lien entre tous les étages de l'entreprise. J'ai été évalué sur la force de mon SEO, le style d'écriture adapté aux différents publics cibles visés, le taux d'engagement de mes posts, ma manière d'envisager une interview pour valoriser sous forme de témoignage un collaborateur de l'entreprise, quel que soit son métier. Bref, mon esprit de curiosité était éprouvé. L'ensemble s'est révélé probant. Le matin même du rendez-vous, Monsieur Hologrammis m'a bipé sur mon portable et s'est présenté de manière animée, avec un GIF dynamique, sérieux et souriant, ni trop ni trop peu, pour me souhaiter la bienvenue. 

Dans le bureau de R. H. (René Hologrammis : il avait vraiment le nom pour le job, sacrée synchronicité), je me suis détendu. Hologrammis était courtois, il évoluait dans l'espace ici et là, c'était moins formel et vif. Bizarrement, je dirais : plus convivial, voire, bien plus #IRL qu'avec un DRH incarné. En effet, le rapport entre nous m'a semblé équitable et simple. Son rôle ? Il était davantage question pour lui de cerner ma singularité, ce que ma personnalité pouvait apporter à l'entreprise puisque point de vue compétences et technicité, c'était réglé. Mon état d'esprit, ma posture, ma dynamique, mon sens de la créativité, mon rapport aux autres, mon agilité physique et d'esprit : c'est tout cela qu'a évalué Hologrammis. Je n'avais pas à jouer un rôle, à me sentir étriqué dans un costume cintré, à anticiper ses questions pour y répondre à l'aune de ce qu'il avait envie d'entendre. Non, tout cela avait changé. Il me suffisait d'être moi-même, en toute confiance et sérénité. Hologrammis, je l'ai trouvé tout à fait désinhibant, plus accueillant que bien des recruteurs physiques et je me suis dit que j'étais sans doute à l'aise dans mon époque, qui alliait si bien virtuel et réel. Oui, finalement le monde avait changé, il s'était digitalisé et c'était au bénéfice de tous. Chacun pouvait enfin se trouver à la place qui lui était dévolue et exprimer intégralement qui il était, sans avoir à se brider. Un monde qui exigeait une authenticité et une sincérité qui me réconfortait. Ainsi en confiance et soi-même, on est plus libre de se concentrer pour donner le meilleur.

La prochaine étape ? Signer mon contrat en ligne avec ma signature numérique certifiée et le paraphe juridique de l'entreprise, avant de rencontrer mes collègues et de mettre en commun nos différences et complémentarités pour ce projet transverse qui allait à présent nous réunir.

Directeur Général
+33 (0)1 70 36 87 00
hlevesque@morganmckinley.fr