JOBSEEKERS
EMPLOYERS

Dynamic Creative Optimization (DCO) : quelles opportunités pour les professionnels du web ?

Hubert Levesque - 08/03/2019

84% des internautes Français considèrent la publicité en ligne comme un contenu parasite leur faisant perdre du temps*. Comment surmonter cette méfiance ?

Alors que le RTB (Real Time Bidding) cible déjà la bonne personne, au bon moment (Time to Market), le DCO (Dynamic Creativ Optimization) va plus loin en proposant à l'internaute le bon message. Un pas de plus vers la personnalisation publicitaire, source de belles opportunités pour les experts du webmarketing.

Des internautes hyper-sollicités

Tout device confondu (ordinateur, tablette, smartphone) un Français passe en moyenne 3 heures par jour sur internet. Durant ce laps de temps, on estime qu'il est exposé à 70 messages publicitaires. Ces e-pubs sont de formats divers :

  • bannières rich média
  • vidéos interactives
  • annonces sponsorisées
  • pop-up
  • interstitiels
  • e-mailing, newsletters

En proposant des contenus web personnalisés, le DCO permet aux annonceurs d'émerger parmi le bruit publicitaire.

Publiphobie sur internet : une tendance de fond

Comme en témoignent les résultats d'un récent sondage Ifop/Adyoulike, les Français ont un a priori assez négatif sur la publicité en ligne. Les internautes interrogés la jugent en effet :

  • omniprésente à 90%
  • parasite et source de perte de temps à 84%
  • intrusive à 80%
  • stressante à 61%

Autre signe de défiance : l'engouement sans précédent pour les logiciels anti-pub comme Adblock Plus (lire à ce sujet Adblock Plus : clavaire ou aubaine pour les webmarketeurs ?).

Dans ce contexte plutôt défavorable, comment les professionnels du marketing web peuvent-ils générer un bon ROI, sans pour autant importuner leur cible de communication ? Grâce au Dynamic Creativ Optimization (DCO), une technologie innovante permettant la personnalisation en temps réel des contenus publicitaires.

DCO : comment ça marche ?

Le Dynamic Creativ Optimization (DCO) propose des e-pub contextualisées en fonction des pages visitées par l'internaute. Résultat : un meilleur taux de clics et des leads plus qualifiés. A titre d'exemple, citons Blablacar : grâce aux bannières dynamiques, le site de covoiturage a vu son CTR doubler !**.

Une campagne DCO fonctionne en 3 temps :

  1. Collecte des informations de navigation (via les cookies notamment) : statut Facebook, météo, paniers de site e-commerce.
  2. Croisement des données Big Data
  3. Push d'une publicité personnalisée

Plus concrètement :

  1. Après avoir visité le site d'un tour operator en ligne, je partage mon humeur Facebook : « Fatigué, ciel pluvieux [-( »
  2. Une bannière s'affiche : « Hubert, prenez des vacances au soleil au Club Med pour seulement x€ ! »
  3. En cliquant dessus, le formulaire de réservation de voyage est déjà pré-rempli en fonction des éléments présents dans la Big Data.

Data-scénariste : nouvelle casquette du webmarketeur

Le DCO offre un champ inédit de créativité pour les planneurs stratégiques et les experts CRM. Tests utilisateurs, collecte de feedback, Labs : de nouveaux challenges restent à relever pour gagner en précision et proposer des campagnes d'e-pub toujours plus performantes. On observe d'ailleurs l'émergence d'un nouveau métier : data-scénariste. Ce professionnel du storytelling a pour mission de concevoir des parcours clients les plus engageants possible pour mieux adapter son offre de produit ou de service.

Envie d'élargir vos horizons ? Morgan McKinley accompagne les professionnels du web vers les défis de demain.

Lire aussi :

 

*source Ifop / Adyoulike 2013
**source JDN

Portrait de Hubert Levesque
Directeur Général
+33 (0)1 70 36 87 00
hlevesque@morganmckinley.fr