Choisirez-vous votre prochain job grâce à une application de rencontre ?

Hubert Levesque - 20/07/2017
Il cherche un emploi sur une application de rencontres

Et si le "Meetic" des Ressources Humaines devenait le nouveau modèle économique pour trouver un emploi et embrasser la carrière qui nous correspond ?

Meetic est à l'origine de 6 millions de couples précise le site, désormais partie intégrante de nos sociétés. Au départ, c'était une plateforme de rencontres qui prolongeait le minitel rose et incarnait les relations amoureuses. Pour les moins grégaires, Meetic constituait une réelle opportunité, discrète, de rencontres. Aujourd'hui Lara, le chatbot de Meetic propose même aux inscrits de relever des challenges, elle coache en ligne les prétendants aux mains moites avant leur premier rendez-vous. Véritable assistante virtuelle qui a réponse à tout, grâce aux moteurs de recherches super-élaborés. Elle a intégré tous les types de profils, les caractéristiques, les tempéraments, les passions et sait proposer les conseils les plus pertinents pour unir les couples en mal d'amour. Pas nécessairement asociaux. Qui mènent d'ailleurs, pour la plupart, une vie riche et cultivée, ouverte sur les autres et le monde. Ces sites de "dating" vont même jusqu’à décliner leur offre en temps réel, quel que soit l'endroit où vous vous trouvez, depuis votre smartphone. Il aura fallu ces dispositifs de plus en plus connectés et ciblés, #URL, pour réapprendre l'amour #IRL puisque Meetic, à l'instar des autres sites de rencontres réputés "sérieux" comme Attractive World, Esay flirt, Elite, e-Darling ou Adopte un mec, s'ils promettent l'amour en ligne le concrétise ensuite au travers d'événements #IRL dans la vraie vie. Ce monde à l’envers devient-il la norme ?

Le modèle commence à s’appliquer au domaine des Ressources Humaines et des sites comme Amplement, ou certaines applications comme Shapr proposent de faire du "networking" rien de moins qu'un style de vie. Les médias présentent la plateforme comme l'exact intermédiaire entre Tinder et LinkedIn. "The place to be" pour une rencontre professionnelle informelle. L'idée est davantage de créer un "état d'esprit". Concrètement, l'application décomplexe les personnes en quête d'un emploi et les recruteurs. D'autres applications comme CornerJob ou Indeed se frayent aussi une place sur ce créneau. Que s'est-il passé dans nos modes de vie pour en arriver là ?

Jusqu'aux années 2000, les réseaux professionnels, clubs clients et autres espaces physiques de "meeting" ou « relationship », outre les informations professionnelles qu'ils présentaient, se terminaient par un cocktail souvent prestigieux, qui désinhibait bigrement. L’occasion pour les invités d’échanger leur carte de visite. Les suites étaient rarement au rendez-vous et les cartes s’amoncelaient dans un lutrin enfermé dans un tiroir de bureau. Or, la plupart d’entre vous passaient sans doute à côté de belles rencontres et possiblement de carrières auxquelles vous n’auriez pas osé prétendre (l'objectif subliminal). Shapr y remédie : c’est ludique, tonique et pragmatique. L’application définit les profils professionnels les plus en phase avec le vôtre, en tenant compte de plusieurs critères. Votre parcours professionnel, votre géolocalisation, vos centres d’intérêts, vos expériences, votre secteur d’activité. C’est intuitif, la photo est le reflet de la réalité, votre profil ne ment pas, sous forme de mots clés qui vous dessinent. C’est comme si l’écran invitait à davantage de sincérité et, force est de constater que dans n’importe quel type de relation humaine, amoureuse ou professionnelle, la priorité est l’authenticité. Vous êtes libres de vous risquer à être vous-même, en allant à l’essentiel. Le profil qui vous correspond est filtré par un algorithme et vient à vous. La seule démarche que vous avez à opérer est de vous inscrire et de remplir les deux ou trois informations basiques. Chaque jour l’application vous propose une quinzaine de profils concordants que vous pouvez « swiper » (balayer) et identifier à gauche (le profil ne convient pas) ou à droite (le contraire). C’est à droite que toutes les convergences se manifestent. Si Shapr est déjà à l’origine de 100.000 « matches » (connexions avant contractualisations -pour rester dans l'objectif subliminal) entre la France, l’Angleterre et les Etats-Unis, l’application est en phase de croissance et de développement. Et c’est vous, utilisateurs, qui allez la faire évoluer et la modeler au plus près de vos attentes. Certains préconisent déjà de pouvoir identifier des profils qui leur correspondent, en vue d’un contact et de perspectives ultérieurs. Pas impossible qu’en vous abonnant vous puissiez aussi devenir membre « premium » pour davantage de privilèges, comme autrefois les cartes gold. Difficile de prédire si le modèle va devenir la référence et si d’autres concurrents vont s’engouffrer sur le créneau (par secteurs, cibles, ou communautés, pour les milleniums, Y, digital native, WE-I ou du siècle dernier : la Z, silencieuse). 

Comme Meetic ou Allociné (pour les fans ce cinéma), Shpar est l’idée d’un jeune français qui n’aimait pas l’école, brillant mais pas à l’aise au milieu des autres. Pour lui, comme pour les fondateurs de Meetic ou d’Allociné, qui ont continué dans leur lancée (ex Molotov dans le secteur de l’audiovisuel), l’écran a formé un filtre protecteur, une ouverture vers de nouveaux possibles, un horizon élargi, sans frontière ni tabou. Si cette application a vu le jour, c’est parce qu’elle permet de briser la glace entre nous, vous et moi. Peut-être même que nous sommes à deux bureaux d'écart dans un espace de coworking, trop concentré sur notre ordinateur pour consacrer du temps aux autres... Il est probable que le besoin était latent. Sharp, en favorisant le "networking" peut laisser imaginer que la recherche d’emploi, ou pour le moins la collaboration, relève davantage de mises en réseaux en ligne. L’écran devient le premier filtre pour favoriser les échanges avant toute consolidation dans la vraie vie. Il est à parier que les DRH y seront de plus en plus attentifs : dis-moi quel est ton "networking" et je t'offrirai le poste qui te correspond, l'équipe dans laquelle tu sauras t'épanouir et mettre ton expertise et tes compétences au service de notre entreprise. De là à affirmer que #IRL nous sommes tous embarrassés pour faire le premier pas, pour nous engager, convaincre et être convaincus, ce serait exagéré. Le secret de relations humaines constructives et solides ne dépend pas que d'un écran, cependant l'écran peut y aider et accélérer les convergences.

 

Directeur Général
+33 (0)1 70 36 87 00
hlevesque@morganmckinley.fr