JOBSEEKERS
EMPLOYERS

Adblock Plus : calvaire ou aubaine pour les webmarketeurs ?

Hubert Levesque - 02/09/2014

Téléchargée plus de 300 millions de fois, l'extension anti-pub Adblock Plus connaît un essor fulgurant qui bouleverse la net-économie. Pour compenser la perte de revenus publicitaires, les annonceurs ont plus que jamais besoin de webmarketeurs ingénieux, capables de contourner le blocage des publicités web et de trouver des alternatives pour monétiser leur site internet. Une véritable manne d'emplois pour les professionnels du digital.

Adblock Plus en bref

Créée par Wladimir Palant en 2006, Adblock Plus est initialement un projet open source visant à empêcher l'affichage des publicités « agaçantes » sur internet : bannières Flash, pop ups, spots vidéo. L'extension filtre également les cookies, ces petits fichiers qui collectent les données de navigation de l'internaute pour lui proposer des annonces personnalisées. Disponible gratuitement sous Internet Explorer, Firefox, Google Chrome et autres navigateurs web, le plug in revendique près de 50 millions d'utilisateurs (source Adblock Plus).

La fin des campagnes display ?

Si les logiciels anti-pub ont toujours existé, le succès sans précédent d'Adblock Plus change considérablement la donne. L'explosion des recherches Google suffit pour s'en rendre compte : nous assistons bel et bien à une profonde mutation du marketing web. Ainsi, quel avenir pour les sites éditoriaux dont le modèle économique repose essentiellement sur des campagnes de display marketing ? L'étude PageFair de 2013 tente de mesurer l'impact d'Adblock Plus sur les revenus publicitaires. Le rapport avance que l'extension supprime en moyenne 22,7% des publicités web, provoquant une baisse de revenus non négligeable (PageFair mentionne une perte de 500 000 $ par an pour l'un de ses clients).

Les annonceurs contre-attaquent

Partenariats par affiliation, cross selling, incitation au don, accès freemium (contenu gratuit puis accès par abonnement pour plus de services), marketing mobile : les solutions de monétisation de site et de contournement d'Adblock existent. Encore faut-il les orchestrer habilement. Le défi : créer un business modèle viable pour l'annonceur, sans être intrusif pour l'internaute. Citons l'exemple de MyTF1 pendant la Coupe du Monde. Pour voir le match en direct, le site demande une désactivation du logiciel anti-pub : une méthode jugée frustrante et dissuasive par de nombreux internautes.  C'est pour éviter ces déconvenues que les annonceurs investissent massivement en R&D et recrutent des profils capables de faire preuve d'une certaine créativité et agilité d'esprit.

Un avenir prometteur pour les webmarketeurs

Expert CRM, chef de projet digital, responsable de régie publicitaire en ligne, développeurs spécialisés : la valeur ajoutée du webmarketeur de demain réside dans sa capacité à conjuguer les divers aspects de la net-économie. Dans les mois et les années à venir, les annonceurs auront surtout besoin :

  • de techniciens pour trouver de nouvelles approches techniques en développant sur mobile et tablettes ;
  • de fins stratèges du webmarketing à même de trouver de nouvelles sources de revenus (marketplace, distributeur, affiliation).

Dans un domaine où tout reste à inventer, votre consultant Morgan McKinley vous accompagne.

Source Page Fair 2011 : http://downloads.pagefair.com/reports/the_rise_of_adblocking.pdf 

Directeur Général
+33 (0)1 70 36 87 00
hlevesque@morganmckinley.fr